L’externalisation offshore peut constituer une source de désagrément pour un consultant digital, ce bien sur, à part le fait que la méthode est apte à faire gagner du temps et de l’argent à l’entreprise.

La sous-traitance dans la ligne de mire des entreprises

L’entreprise donneuse d’ordre peut avoir de mauvaises surprises si elle ne sait pas gérer l’externalisation offshore. Aussi, avant de s’aventurer dans ce procédé de dénouement et de facilité assurant un gain de temps et d’économies, il est impératif d’étudier les avantages et les désavantages de l’externalisation. Confier une partie de son activité à une entreprise tierce n’est pas constamment aisé puisque la réputation de la société est en jeu, ainsi que ses ardeurs et la qualité de ses produits.

Une image de marque bafouée

En 2013, revers médaille externalisation offshore 3Tel a été l’exemple du groupe Findus. Ce dernier a découvert l’existence de viande de cheval dans ses lasagnes surgelées. Indubitablement, l’incident a engendré un scandale qui a ruiné la réputation du groupe et a provoqué des déficits financiers significatifs. Nous pouvons également évoquer les mésaventures rencontrés par Nike dans les années 1990 ainsi que les mauvaises surprises d’Apple avec son prestataire Foxconn.

Tout cela pour dire qu’avant d’entrer en collaboration avec une entreprise d’externalisation offshore, une entreprise doit impérativement s’informer et se garantir que cette tierce répond à tous les besoins de qualité de production et de respect du délai. Après signature du contrat, il faut envisager d’effectuer fréquemment des audits soutenus avec des feedbacks apparents et pertinents.

Pertes de qualité et de compétences

L’entreprise donneuse d’ordre peut alors s’attendre à tout de la part de son prestataire, le revers médaille externalisation offshore 2Sans contrôle de qualité régulier. C’est ce qui arriva au Dreamliner de Boeing qui a pensé à tort que sous-traiter les 80 % de la fabrication de son B787 lui permettrait de gagner en temps, en productivité et en profit. En effet, ses sous-traitants n’ont pas honoré les délais de livraison puisqu’ils ne disposaient pas des équipements novateurs indispensables en technologie. Ce qui a retardé l’exécution du projet et a entraîné un déficit colossal à la marque, provoquant ainsi une véritable catastrophe. Les faits étaient les mêmes pour la chaîne hôtelière Novotel, quinze ans passé, qui a confié à un prestataire de services le nettoyage de toutes ses chambres d’hôtels. Faute de contrôle, elle n’a su que trop tard que le prestataire ne réalisa pas les tâches comme elles sont dues. Ce sont les menaces d’une manifestation qui ont poussée la chaine à revenir sur sa décision et à réviser son service de nettoyage de chambre. Dans les deux faits précédents, la qualité des services des sous-traitants laisse à désirer et nuit à l’image de marque des entreprises. Ces cas peuvent servir de référence à tous les secteurs d’activité ayant recours aux agences dans l’externalisation offshore.

Néanmoins, ce ne sont pas des raisons pour abandonner l’externalisation puisqu’elle est en mesure de procurer différentes opportunités à l’entreprise employeur, si elle coopère avec une entreprise telle que Laplume.mg.